Site optimisé pour les smartphones

-A A +A
Offres d'emploi :

Recrutement à partir du 1er février 2019 pour les services techniques de la mairie de Veigné, un chef d’équipe Espaces Verts et un agent d’entretien des Espaces Verts + d'infos

Travaux route du Ripault - collecte déchets :

Circulation perturbée par des travaux à l’intersection de la RD910 et de la RD87. Un point de regroupement sécurisé est installé près de ... + d'infos

Déclarer un incident avec Veigné mobile :

Veigné Mobile l'application mobile de Veigné vous offre la possibilité de déclarer directement un incident + d'infos

Le spectre du Chêne de l'Effondrée

Version imprimable

Le spectre du Chêne de l'EffondréeSeptembre 1619, un grand événement se préparait à Montbazon et à Couzières. Sous l'influence de Richelieu, la reine mère MARIE DE MEDICIS, sortie de son exil imposé par le roi LOUIS XIII, son fils, se rendit en Touraine en vue d'une réconciliation avec ce dernier.

Hercule DE ROHAN, Duc de Montbazon, proposa son château de Couzières pour cette entrevue secrète. Parmi les seigneurs figurait un jeune et élégant chambellan du roi, Yves de KARVANEC. Sa fiancée, Renée du BREIL, demoiselle d'honneur de Marie DE MEDICIS, était arrivée au donjon de Montbazon.

Ce jeune homme plein de fougue souhaitait retrouver sa fiancée. Une nuit, il scella son cheval et se dirigea de Couzières vers le château de Montbazon. Mais pour cela, il fallait franchir le ruisseau du MARDEREAU, peu profond mais entouré de marécages. Le jeune cavalier n'a jamais rejoint sa belle.

L'année suivante, un laboureur nommé GAYGNIER passait sur le ponceau du Mardereau (passage en guise de petit pont), surpris par une odeur nauséabonde qui émanait des roseaux, il découvrit le cadavre d'un jeune homme et celui d'un cheval. Il décida de planter un jeune chêne face au marais fatal.

Dans les temps jadis, il était dit que par les belles nuits de septembre, le fantôme d'un cavalier passait silencieusement près du chêne. Ce lieu où disparu Yves de KARVANEC portera le nom de l'EFFONDRÉE. Vérité ou belle légende romantique ?
Au centre bourg de Veigné, empruntez la rue Jules FERRY vers Montbazon, sur votre droite, avant le petit pont Saint Joseph, vous verrez ce chêne qui, malgré son grand âge, donne encore de l’ombrage aux promeneurs.

Share/Save